base_documentaire:articles-2010:etb-079 [Enfants de Tchernobyl Bélarus]
 

Bookmark and Share




Tchernobyl : conséquences de la catastrophe pour les populations et l'environnement

Télécharger ce document
Lire en ligne

par Rosalie Bertell, Ph.D.1)


Rosalie Bertell PhD

Cette nouvelle publication des Annales de l'Académie des Sciences de New York (Volume 1181), par Alexei Yablokov, Vassili Nesterenko, et Alexei Nesterenko, est l'élucidation que beaucoup d'entre nous attendent depuis la catastrophe de 1986 due à la défaillance d'un réacteur nucléaire en Ukraine. Jusqu'à présent, nous n'avons lu à ce sujet que des rapports ponctuels limités d'enquêtes menées par des scientifiques occidentaux qui ont entrepris des projets dans les territoires touchés. Même les prestigieux rapports de l’AIEA, l’OMS et l’UNSCEAR fondés sur environ 300 documents scientifiques de cette recherche occidentale, ont laissé de côté les résultats de quelque 30.000 documents scientifiques préparés par des scientifiques travaillant et vivant dans les territoires sinistrés, dans la souffrance des problèmes quotidiens liés à la contamination de leur lieu de résidence par les déchets nucléaires et à une alimentation contaminée.

Tchernobyl : conséquences de la catastrophe pour les populations et l'environnement est écrit par Alexei Yablokov, Vassili Nesterenko et Alexei Nesterenko. L'auteur principal, Alexei Yablokov, était à la tête de l'Académie des Sciences de Russie sous Gorbachev – depuis lors, il ne reçoit aucun soutien. Vassili Nesterenko, Directeur de l'Institut de Physique Nucléaire de Minsk (Bélarus) au moment de l'accident, a survolé le réacteur en feu et a pris les seules mesures, et il est décédé en août 2008, à la suite de graves problèmes de santé liés à l'irradiation subie. Mais auparavant, avec l'aide d’Andrei Sakharov, il avait fondé l'institut BELRAD pour aider les enfants de la région.

Les trois scientifiques qui ont réuni les informations contenues dans le livre à partir de plus de 5000 articles publiés et des résultats de recherches – pour la plupart disponibles uniquement au sein de l'ex-Union soviétique ou dans les pays de l'Est et non accessibles à l'Ouest – sont des scientifiques prestigieux qui présentent des faits objectifs clairement nuancés avec peu ou pas de polémique. Ils n'étaient pas encombrés par un désir de promouvoir ou de trop blâmer une technologie défaillante!

Le livre a été traduit de façon experte et dans un anglais lisible par Janette Sherman, Médecin toxicologue et professeur adjoint de l'Environmental Institute à la Western Michigan University.

Le Professeur et Dr. en Biologie, Dimitro Grodzinsky, président du Département de Biologie de l'Académie ukrainienne Nationale des Sciences, et membre du la Commission nationale a écrit la préface de l'ouvrage. Sa déclaration relative au rapport de l'accident par l'Ouest est éclairante:

“Pendant longtemps, j'ai pensé que le moment était venu de mettre un terme à l'opposition entre les partisans de la technocratie et ceux qui soutiennent les efforts scientifiques objectifs d'estimation des risques négatifs pour les personnes exposées aux retombées de Tchernobyl. Les éléments permettant de croire que ces risques ne sont pas mineurs sont très convaincants. ”

A l’époque, le gouvernement de l'ancienne Union soviétique avait classifié de nombreux documents désormais accessibles aux auteurs. Par exemple, nous savons maintenant que le nombre de personnes hospitalisées pour syndrome d'irradiation aiguë a été plus d'une centaine de fois supérieure au nombre récemment cité par l'AIEA, l'OMS et l'UNSCEAR. Et il y a eu les problèmes évacués par les technocrates : celui des “particules chaudes” dues à la combustion de l'uranium et responsables des problèmes nasopharyngés ; celui des retombées radioactives qui ont abouti à la détérioration générale de la santé des enfants, des maladies du sang et du système lymphatique largement répandues, des pertes de la fonction de reproduction, de la prématurité et des petits poids de naissance, des mutations chromosomiques, des anomalies congénitales et du développement de multiples maladies endocriniennes, des troubles mentaux et des cancers.

Les auteurs expliquent systématiquement les exigences de secret imposées par le gouvernement, l'échec des technocrates à recueillir des données sur le nombre et la répartition préoccupante de l'ensemble des radionucléides, et les restrictions imposées aux médecins pour rattacher les troubles observés aux radiations – à moins que le patient n’ait été certifié atteint du “syndrome d'irradiation aigue“ lors de l'accident, assurant ainsi que seulement 1% des dommages seraient ainsi enregistrés.

Cet ouvrage est une lecture indispensable pour les bureaucrates qui font la promotion de l'énergie nucléaire comme la seule “solution” contre le changement climatique. Ceux qui recherchent des informations sur la catastrophe dans la documentation fournie par l'AIEA, l'OMS et l'UNSCEAR doivent élargir leur lecture en incluant l'analyse de la réalité de ces scientifiques qui ont accès aux résultats sur le terrain et disent tout simplement la vérité, sans agenda caché de propagande.

J'ai été impressionnée par le message simple de la couverture de ce volume, montrant un certain nombre d'arbres abattus avec des couleurs de bois nettement contrastées : avant et après Tchernobyl. Le lecteur découvrira que l'environnement, les plantes et animaux vivants ont tous souffert des effets négatifs de cette expérience, de même que la population humaine. C’est une lecture qui devrait faire réfléchir tous ceux qui croient à la fiction de “l’innocuité des faibles doses de rayonnements“, ou qu'un accident nucléaire grave peut facilement se résorber dans l'environnement humain.

1) Reconnue internationalement pour ses travaux sur le cancer et particulièrement sur la leucémie, le docteur Rosalie Bertell a participé à plusieurs commissions d'enquête américaines sur les effets du nucléaire sur la santé publique ; le gouvernement russe a fait également appel à ses services après la catastrophe de Tchernobyl. Directrice de la recherche à l'International Institute of Concern for Public Health de Toronto, elle collabore régulièrement à diverses commissions de l'ONU sur la qualité de l'environnement.
base_documentaire/articles-2010/etb-079.txt · Dernière modification: 2014/01/28 16:37 par emache

URL-courte: http://tinyurl.com/cp96co5

Aidez BELRAD, Merci ! Plan du site Aide à la navigation Contactez-nous Informations Légales