Actualités/Agenda/Actions 2022


Les « anges » de Tchernobyl

Yves Lenoir, Enfants de Tchernobyl Belarus février-mars 2022

Les rapports internationaux sur les conséquences sanitaires de l'accident de Tchernobyl nient la plupart des relations de cause à effet que l'examen objectif des statistiques impose. Finalement, à part 50 cas mortels de syndrome aigu des radiations et quelques milliers de cancers de la thyroïde dans la population infantile du Belarus et de l'Ukraine, rien ne saurait justifier d'attribuer aux retombées radioactives de l'accident la spectaculaire dégradation de l'état de santé des populations vivant ou ayant longuement séjourné dans les régions les plus contaminées.

Lire ce document


Le contrôle des retombées radioactives de l'accident de Tchernobyl d'après des recoupements à partir de la simulation de l'IRSN1, de l'ATLAS officiel des concentrations surfaciques du Cs1372, et des précipitations journalières enregistrées par les stations météorologiques des aérodromes et aéroports3.

Yves Lenoir

Rares sont les personnes qui ne connaissent pas la carte des retombées radioactives consécutives à l'explosion du Bloc 4 de la centrale atomique de Tchernobyl dans la nuit du 26 avril 1986. Dès le premier examen critique se pose la question d'une réalité, merveilleuse si l'on y songe : aucune grande ville des républiques de Biélorussie, des Pays Baltes, de Russie et d'Ukraine n'ont subi de retombées importantes ! La reconstitution quart-d'heure par quart-d'heure du transport atmosphérique des rejets de la centrale, durant les deux semaines, du 26 avril au 9 mai 1986, réalisée par l'IRSN en 2005 apporte une première réponse triviale : là où la densité des panaches radioactifs est restée faible, les retombées ont été faibles, sinon nulles. Ainsi pour Moscou, Saint-Pétersbourg, Riga, Tallin etc. En revanche, les niveaux de contamination très bas autour de Kiev ou Briansk ne semblent pas résulter d'un processus naturel.

Lire ce document


Réduire la quantité de Césium 137 dans l’organisme des enfants de Tchernobyl
grâce à la pectine de pomme

V. B. Nesterenko, A. V. Nesterenko, V. I. Babenko, T. V. Yerkovich, I. V. Babenko
Lire ce document
Adhérez / Donnez Boutique ETB Aide à la Navigation Contact-Nous Information Légales